APPEL À COMMUNICATIONS 2021-2023

Les monnaies alternatives. Marchandises et services comme monnaies d’échanges dans les économies des XIIIe-XVIIIe sièclese

Les résultats de cet appel à communications seront présentés à Prato au cours de la Semaine d’Etudes LIV (14-18 mai 2023)
[Appel à communications 2023 : décharge le file .pdf]
formulaire pour la proposition: décharge le file .doc]

scambi al mercato
Ricc. 2669, FILIPPO CALANDRI, Trattato di aritmetica, Sec. XV, fine; Firenze; bottega di Boccardino il vecchio.
Baratto di lana a panno, c. 66r
© Biblioteca Riccardiana

Suivant la thèse d’Adam Smith (1776), le développement de la division du travail a justifié l’intensification des opérations de troc et entraîné, à terme, l’essor de la monnaie. Le passage du troc à la monnaie (fut-elle monnaie marchandise) serait alors la marque de la progression d’un cadre d’économie naturelle à celui d’une économie monétaire. Or le « paradigme du sauvage adonné au troc » et l’usage premier du troc ont été fortement remis en cause par Karl Polanyi pour qui « le troc, le paiement en nature et l’échange constituent un principe de comportement économique qui dépend pour être efficace du modèle du marché » (Polanyi 1944). Fernand Braudel lui-même a relevé l’existence du troc « au cœur des économies monétaires » (Braudel 1967). Poursuivant dans cette voie, des travaux plus récents d’historiens et d’anthropologues se sont, à l’exemple de ceux de David Graeber (2011), appliqués à démonter cette « fable du troc » ; engageant, d’une part, à ne pas confiner les pratiques que représentent le troc, le paiement en nature et l’échange comme nécessairement « primitives » ou comme strictement opposées au recours à la monnaie, fiduciaire ou marchandise.
Cette Settimana sera consacrée à l’étude de l’importance et de la place exacte de telles pratiques alternatives d’échanges dans les économies des XIIIe – XVIIIe siècles. Si l’expression « monnaie alternative » fait généralement référence à toute monnaie utilisée comme alternative aux systèmes monétaires nationaux ou multinationaux dominants, nous concentrerons notre attention sur les marchandises et les services employés comme moyens de paiement lors de trocs imparfaits ou de paiements en nature dans les économies monétarisées des XIIIe-XVIIIe siècles. La théorie monétaire s’est, en effet, principalement intéressée au crédit, à la monnaie de compte et à la monnaie réelle sous forme de pièces de monnaie ou de papier-monnaie. Toutefois, une caractéristique frappante de la circulation de la monnaie est que les pièces de monnaie ou le papier-monnaie n’ont pas empêché les paiements en nature, partiels ou non. On y a vu la marque d’un monde de « l’argent rare » : celui des campagnes ou des temps de pénurie monétaire. On y a vu, également, une manière d’échapper à la fixation de la valeur des biens par les autorités, ce que des chercheurs comme Laurence Fontaine (2008), Craig Muldrew (2001) ou Jean-Michel Servet (1988, 1994) réfutent.
Le troc a longtemps été considéré comme une pratique adaptée à l’absence de numéraire et, en cela, le monde paysan est souvent considéré comme le lieu par excellence de ce type d’échange alternatif. En limiter la pratique au milieu rural serait toutefois une erreur. Pour peu que l’on entre dans le détail des paiements de nombreux contrats, nous constatons, en effet, que le troc ou les paiements en nature étaient bien présents également en ville. En limiter le recours au manque d’argent écarte, par ailleurs, un peu vite la part du choix qui a pu présider au recours au troc - dont rien n’indique qu’il se fasse toujours par défaut. L’alternative que représentent les modes d’échanges sur lesquels nous souhaitons porter l’attention va au-delà du simple palliatif. D’autres logiques sont en jeu. Chaque fois, les raisons, le sens et les conséquences économiques sont différents et doivent être remis en question afin de saisir les caractéristiques propres de chacune des pratiques attestées.
Ces paiements, partiellement ou entièrement en nature, se retrouvent dans la plupart des activités économiques.

Production. Dans les contrats, il n’est pas rare que la réutilisation des matières premières soit incluse avec une valeur qui leur est donnée. Il peut s’agir des décombres d’un bâtiment préexistant à celui dont l’édification est projetée mais aussi du métal d’une ancienne cloche servant à payer la façon d’une nouvelle.
Salaires. Beaucoup de salaires ont une part donnée en nourriture, en habillement, voire en outils. Certaines professions sont habituées à ce genre de rémunération comme les domestiques qui recevaient des vêtements de leurs maîtres. Dans beaucoup d’industries, les restes de production peuvent également être donnés aux ouvriers. On s’attendait également à ce que l’administration paie des cadeaux, ce qui créait des tensions entre les cadeaux et la corruption.
Services. L'économie aristocratique, basée sur le don, a alimenté ces modes de paiement car ils ont tendance à payer les services avec des cadeaux (ex : dans le Grand Tour, les aristocrates portent des objets avec eux pour payer la plupart des services). Mais il s’agit d’une pratique que l’on rencontre également de manière courante, en milieu rural comme en ville.
Echanges. En ville comme à la campagne les échanges peuvent, sous la forme d’« échanges réciproques » (Thijs Lambrecht 2003), ne pas faire appel à la monnaie, faute de numéraire, ou n’y faire appel que partiellement.
Mieux saisir les spécificités de telles pratiques nous semble participer pleinement d’une histoire économique dans laquelle la monnaie tient un rôle essentiel mais où son usage se combine avec celui de « quasi-monnaies » (Roberto Lopez 1981).

Les contributions doivent prendre en compte une ou plusieurs des questions suivantes:

1. Les mécanismes du recours aux monnaies alternatives
a) Troc, paiement en nature ou en service, échange réciproque… : usages contemporains, complémentaires ou concurrents des monnaies alternatives ?
b) Le recours à une monnaie alternative est-il lié à une conjoncture économique particulière (épisode de croissance, de déclin ou de crise économique) ?
c) Quel(s) lien(s) la quasi-monnaie entretient-elle avec la monnaie ? Ces liens ont-ils changé en fonction des lieux, des époques ou des conditions économiques ?

2. Diffusion des monnaies alternatives
a) Souvent considéré comme spécifique du monde agricole, l’usage des quasi-monnaies n’est pas réservé aux campagnes, mais peut-on en apprécier la diffusion dans l’économie des XIIIe-XVIIIe siècles ?
b) Le troc, le paiement en nature ou en service, et l’échange réciproque sont-ils plus employés dans certains secteurs de production que dans d’autres ?
c) Les quasi-monnaies se trouvent-elles réservées ou limitées (généralement ou suivant les circonstances) à certains types de transactions (paiement de salaire, de service, de bien immeuble,…) ?

3. Nature des monnaies alternatives
a) En quoi consistent les quasi-monnaies ? Au-delà des grandes catégories sous lesquelles nous pouvons les ranger, certaines marchandises, certains services ou certaines dettes ou créances apparaissent-elles comme des quasi-monnaies privilégiées ?
b) Quelles sont les qualités requises par un bien ou un service pour devenir une quasi-monnaie ?
c) Observe-t-on des différences et des évolutions dans la nature des quasi-monnaies employées selon les aires géographiques, les types de transactions, les époques ou les périodes de l’année ?

4. Usages des monnaies alternatives
a) Moyens d’échange, certaines quasi-monnaies peuvent-elles, comme la terre, servir aussi de réserve de valeur ? Les monnaies alternatives peuvent-elles servir à mesurer des valeurs ou être utilisées comme instruments de politique économique ?
b) La pénétration européenne en Afrique, Amérique et Asie rend-elle plus fréquent le recours à des monnaies alternatives pour faciliter les échanges de marchandises ?
c) Alors que de récents travaux mettent en évidence le lien entre la part de la rémunération en nature des embauches et leur durée, la question de l’utilité de la monnaie alternative se pose.

Bibliographie :
Boone, Marc, and Howell, Martha, (eds.), In But not of the Market. Exchanging Movables in Late Medieval Society and Early Modern Economy, Bruxelles 2007.
Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme XVe-XVIIIe siècle, t. I., Paris, Armand Colin, 1967.
Fontaine, Laurence, L’économie morale, pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008.
Graeber, David, Debt : the first 5000 years, New-York, Melville House, 2011.
Humphrey, Caroline, et Hugh-Jones, Stephen, Barter, exchange and value. An anthropological approach, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.
Lambrecht, Thijs, « Reciprocal Exchange, credit and cash: agricultural labour markets and local economies in the southern Low Countries during the eighteenth century », Continuity and Change, vol. 18, no 2, 2003, p. 237-261.
Lopez, Roberto S., « Discorso introduttivo », in La moneta nell’economia europea. Secoli XIII-XVIII, a cura di Vera Barbagli Bagnoli, Firenze, Le Monnier, 1981, p. 3 (Atti delle « Settimane di studio » e altri convegni 7).
Muldrew, Craig, « ‘Hard Food for Midas’. Cash and its Social Value in Early Modern England », Past & Present, no. 170, Febr. 2001, p. 78-120.
Polanyi, Karl, The great transformation, New York, Farad & Rinehart, 1944.
Servet, Jean-Michel, « La fable du troc », Dix-huitième Siècle, n°26, 1994, p. 103-115.
Servet, Jean-Michel, « La monnaie contre l’État ou la fable du troc », Droit et monnaie, 1988, p. 49-62.
Smith, Adam, An Inquiry into the nature and causes of the wealth of nations, London, W. Strahan; and T. Cadell, 1776.
Spufford, Peter, Money and Its Use in Medieval Europe, New York, Cambridge University Press, 1988, p. 382-384.

Résultats attendus
Les résultats des contributions retenues seront présentés et discutés à Prato au cours de la semaine d'études 2023. Après la discussion lors des sessions de la Semaine, les intervenants pourront compléter et réviser leur texte avant le 30 juin 2023. Toutes les contributions reçues par l'Institut seront soumises à un arbitrage anonyme avant la publication.

Appel à communications
Les chercheurs sont invités à envoyer leur proposition en préparant un résumé qui sera examiné par le Comité exécutif.

Les rapports devront représenter une contribution originale à caractère comparatif ou une étude de cas spécifique qui développe certaines des questions fondamentales proposées dans l'Appel à communications. Les participants qui effectuent un doctorat de recherche doivent l’avoir terminé avant le début de la conférence.
Les propositions provenant de projets ou de groupes qui mettent en relation des écoles ou des pays divers seront accueillies avec un intérêt particulier si elles offrent une analyse comparative, en termes géographiques ou diachroniques, par rapport à deux ou plusieurs des thèmes de recherche proposés. Pour ce type de propositions, nous prendrons aussi en compte les formats de session innovants.

Le formulaire dûment rempli devra être envoyé avant le 15 avril 2022 à l’addresse électronique: datini@istitutodatini.it

Le Comité exécutif ne prendra en considération que les formulaires dûment remplis et décidera d’ici 2022 quelles propositions seront acceptées, en envoyant une invitation aux auteurs des propositions sélectionnées. En tenant compte des ressources financières de l'Institut, il sera accordé l'hospitalité à Prato pendant la semaine d'études à au moins 25 chercheurs (hébergement et billets de repas de 10 euros). Le Comité exécutif peut également inviter jusqu'à un maximum de 20 autres chercheurs à participer au projet, sans droit à l'hospitalité.

La Fondation Datini mettra à la disposition des orateurs de la semaine d'études jusqu'à 10 bourses d'un montant maximal de 250 euros pour couvrir les frais de voyage. Ces bourses sont destinées à des chercheurs postdoctoraux ne disposant pas de poste universitaire à temps plein.
Ceux qui sollicitent une telle bourse devront envoyer la demande prévue à cet effet ainsi que leur contribution avant le 10 avril 2023. La bourse de voyage sera acquittée au cours de la semaine d'études, en présentant les reçus des frais de voyage.

Les membres du Comité exécutif sont: Erik Aerts (Leuven, President), Michael North (Greifswald, Vice-President), Paolo Malanima (Catanzaro, Vice-President), Giampiero Nigro (Florence, Scientific Director), Philippe Bernardi (Paris), Hilario Casado Alonso (Valladolid), Olga Katsiardi-Hering (Athens), Maryanne Kowaleski (New York), Giuseppe Petralia (Pisa), Gaetano Sabatini (Rome Tre).

Toutes les contributions présentées devront être originales et non traduites ou éditées dans des publications précédentes.

Les textes provisoires des contributions sélectionnées, ou au moins un résumé détaillé, devront être envoyés à la Fondation Datini avant le 10 avril 2023. Ils seront mis à disposition (avec accès restreint aux participants du projet et aux membres du Comité scientifique) avant la semaine d'études pour permettre une discussion plus approfondie sur leur contenu.
Les auteurs qui n'enverront pas leurs textes provisoires à la Fondation à cette date, ne seront pas inclus dans le programme final. En l'absence de l'auteur, le résumé peut être lu pendant la conférence.

Au cours de la Semaine, les participants feront une brève présentation (maximum 20 minutes).
Une traduction simultanée de et vers l'italien et l'anglais sera assurée.

Les textes définitifs, revus par leurs auteurs sur la base de la discussion (60.000 caractères maximum) devront être envoyés à l'Institut avant le 30 juin 2023.
Ils seront soumis de manière anonyme à un double examen par des pairs. Les textes qui passent l'examen des évaluateurs seront publiés durant l'année dans un volume spécial (avec deux résumés,
l'un dans la langue de l'essai, l'autre dans une langue de choix entre italien, anglais, espagnol ou allemand, préparés par l'auteur).
Pour la publication, les textes en italien, français, anglais, espagnol et allemand seront acceptés.

Les auteurs qui n'écrivent pas dans leur langue maternelle sont invités à faire vérifier et corriger la langue de leur texte avant de soumettre leur contribution à la phase d'évaluation. L'une des conditions de publication est que la grammaire et le style d'écriture répondent à des normes universitaires élevées.


[Appel à communications 2023 : décharge le file .pdf]
[formulaire pour la proposition : décharge le file .doc]
Ultimo aggiornamento: 23-11-2021
© Fondazione Istituto Internazionale di Storia Economica "F. Datini"