FEDERIGO MELIS
BIOGRAFHIE SYNTHÉTIQUE

Il est né à Florence le 14 août 1914, et il est mort dans la même ville le 26 décembre 1973. Il a achevé ses études universitaires à Rome et, en 1939, il a passé sa « laurea » en Economie et Commerce avec le maximum des points, les félicitations du jury, et il a été nommé tout de suite assistant à la chaire de Comptabilité dans la même Université avec la spécialisation en Histoire de la comptabilité. Après la parenthèse de guerre, il a repris ses études en se dédiant complètement à l'activité académique.

Jusqu'à 1948-49 il est resté à la Faculté d'Economie et Commerce de l'Université de Rome

où, en 1948, il a obteni la maîtrise de conférences. Dans la même Université, outre à ses cours d'Histoire de la comptabilité, il a teni les cours de Comptabilité générale et appliquée pour les rescapés, en remplacement du titulaire de la chaire.

Depuis 1949-50 il a assumé la charge d'Histoire économique à la Faculté d'Economie et Commerce de l'Université de Pisa, et, en 1952, celle d'Histoire des doctrines économiques aussi.

Depuis 1953 jusqu'à 1957, en même temps que l'activité pisane, il a enseigné Histoire économique et Géographie économique à la Faculté d'Economie et Commerce, de nouvelle institution, de l'Université de Cagliari.

En 1957 il a réussi au concours pour Professeur titulaire et il a eu la chaire confirmée à l'Université de Pisa où, en 1959, il a été appelé à faire partie du Conseil d'Administration et, depuis 1962, il est devenu le Doyen de sa Faculté.

En 1963 il a occupé la chaire d'Histoire économique à l'Université de Florence (où il est resté jusqu'à sa mort) en conservant la charge du même enseignement à l'Université de Pisa jusqu'à 1970.

Son premier travail, Storia della Ragioneria, qui, comme plusieurs ont dit, est un livre d'histoire de la culture italienne dans les siècles XIIIe-XVe, eut origine de ses études pendant la préparation des cours romains, quand il était un jeune professeur.

L'ouvre annonçait une nouvelle adresse et des nouvelles méthodes de recherche dans l'histoire économique que, de façon absolument originale et solide, il aurait introduit dans le contexte de l'historiographie mondiale. L'innovation ne consistait pas seulement à introduire l'analyse statistique-quantitative (qui cependant rencontrait beaucoup de résistances par les historiens d'époque), mais surtout au fait que, en dérivant justement de son expérience des études de comptabilité, il eut la possibilité de comprendre, mieux et avant les autres, la portée d'une source typique et très nouvelle pour les études d'histoire économique, constituée des documentations directes d'émanation marchande.

Melis était convaincu que, pour pouvoir mieux affiner la connaissance et l'interdépendance des phénomènes historique, l'histoire économique, qui jusque-là se servait de sources notariées, littéraires, législatives, pouvait et devait adopter des nouvelles et autonomes méthodologies de recherche, appliquées surtout à la documentation et à la comptabilité d'entreprise.

Le travail long et incessant qui a distingué sa vie a été d'abord caractérisé par l'examen systématique d'une énorme quantité de sources d'archives toscanes, italiennes et européennes, l'étude desquelles est convergé dans des ouvres toujours fondamentales pour l'histoire économique comme Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI (une véritable systématique des sources pour l'histoire économique), et Origini e sviluppo delle assicurazioni in Italia .

Il fut justement grâce à la passionnée recherche de ces sources, qu'il arrivait à la découverte de l'exceptionnel corps documentaire de Datini, dans l'étude duquel il se plongea et à la valorisation duquel il dédia une bonne partie de ses énergies, en les transmettant dans Aspetti della vita economica medievale (studi nell'Archivio Datini di Prato) (1962).

L'Exposition internationale des Archives Datini, qu'il organisa en 1955, eut un succès extraordinaire (avec la présence, pour l'inauguration, de deux Présidents de la République : celui sortant, Luigi Einaudi, et celui entrant, Giovanni Gronchi); mais il fut aussi le moment, peut-être le plus haut, des accrochages et des polémiques scientifiques dûs à la réaction de ceux qui ne partageaient pas encore complètement la position méthodologique adoptée par lui, et les nouvelles méthodes interprétatives qu'il était en train d'introduire dans l'histoire économique italienne.

Justement à l'occasion de l'exposition, il commença à mûrir en lui l'hypothèse de réaliser à Prato un centre de recherche pour l'histoire économique de l'âge pré-industrielle, qui mît en valeur les archives du marchand de Prato, et qui fît fonction d'occasion de rencontre et confrontation entre les grands spécialistes de l'histoire économique internationale.

Une idée qui se concrétisa en 1967 avec la naissance de l'Istituto Internazionale di Storia Economica « F.Datini », pour lequel Melis avait obtenu l'adesion de Fernand Braudel et d'un important group d'hommes d'études qui ont constitué le premier Comité scientifique.

Il n'est pas un hasard que, entre les objectifs de l'Istituto Datini, il y avait aussi celui de la formation et du soutien aux jeunes étudiants. Dès les périodes les plus difficiles, quand il commençait avec peine à affirmer ses nouvelles méthodes de recherche, et encore plus quand il avait déjà acquis une célébrité internationale, il dédia aussi forte énergie à une activité didactique extérieure aux milieux universitaires, en montrant que, derrière son métier d'historien, il y avait une idée très civique de la fonction pédagogique du savant.

L'Exposition sur les Archives Datini et celle internationale sur l'Histoire de la Banque, siècles XIIIe-XVIe, réalisée avec grands consentements à l'occasion du Ve centenaire de la fondation du Monte dei Paschi di Siena , sont seulement deux exemples, certainement les plus significatifs, auxquels une très grande quantité d'initiatives s'ajoutent, dans lesquelles il mit à disposition ses connaissances, en adaptant toujours les moyens aux nécessités des auditeurs auxquels il s'adressa.

Un simple coup d'oil à sa bibliographie, qui va bien au-delà d'un centaine de titres, donne seulement une idée limitée de la quantité de thèmes, générales et spécifiques, qu'il eut l'occasion d'étudier. Sa taille d'historien de valeur internationale, et les contributions innovatrices et exceptionnelles qu'il avait apporté à l'histoire économique médiévale, furent confirmées par bien six Doctorats honoris causa lui conférés par des importantes Universités: Louvain (Philosophie et Lettres, 1967); Rennes (Lettres et Sciences Humaines, 1970); Valladolid (Philosophie et Lettres, 1970); Reims (Lettres et Sciences Humaines, 1972); Varsovie (Lettres et Histoire, 1973); Paris Sorbonne (Lettres et Sciences Humaines, 1973).

La ville de Prato lui attribua la citoyenneté d'honneur le 12 octobre 1962. Diplômes universitaires honoris causa:
© Fondazione Istituto Internazionale di Storia Economica "F. Datini"